Recyclage & collecte

on 1 octobre 2012. Posted in Horizon

Les français jettent en moyenne 26 kilos de meubles chaque année. Ces meubles sont très majoritairement mis en décharge alors même qu’ils pourraient être recyclés ou valorisés. C’est désormais une question à laquelle doivent répondre distributeurs et fabricants du secteur de la cuisine. Car, la loi Grenelle II de 2010 a donné naissance à un décret en janvier 2012 qui leur impose d’organiser la collecte et le traitement des déchets de l’ameublement. La société Eco-mobilier, créée par 12 fabricants et 12 distributeurs de mobilier a pour objectif de travailler avec tous les acteurs pour créer une véritable filière alliant collecte, recyclage et valorisation des déchets issus de ces produits. En quelques mois, il leur faut régler de nombreuses problématiques pour initier une évolution majeure, mais incontournable.

mignon-baron

La cuisine en question

Photo de gauche : Dominique Mignon, Eco-mobilier

Dominique Mignon, Directrice générale

Activité : Eco-organisme de la nouvelle filière de collecte et de valorisation des meubles.
Création : 2011
Objectifs : Aider les professionnels de l’ameublement à se préparer à l’arrivée de la nouvelle filière, établir les partenariats pour la collecte et la valorisation des meubles. Il conduit des actions locales et nationales d'informations des consommateurs sur l’existence et le fonctionnement de la filière des déchets d'éléments d'ameublement, notamment en lien avec les collectivités territoriales et les distributeurs.
Effectifs : 15

Photo de droite : Philippe Baron, Eco-systèmes

Philippe Baron, Responsable de la collecte et des Enseignes

Activité : Eco-organisme agréé par les pouvoirs publics/filière DEEE
Missions : Gestion des déchets des équipements électriques et électroniques. Eco-systèmes organise la collecte, le recyclage de ces produits qui correspondent à peu près à 32 millions de produits en 2011.
Partenaires : 2 300 producteurs qui ont mis sur le marché en 2011, 1 milliard tonnes de produits électro-domestiques.
Effectifs : 70 personnes

mjn



Marie-José Nicol, Rédactrice en chef du magazine Cuisign Aquadéco


pdf_iconTélécharger cet article dans son intégralité au format pdf



Marie-José Nicol (Cuisign Aquadéco) : Le secteur de la cuisine dispose de peu de temps pour organiser une filière de collecte et de traitement des déchets issus de sa production. Il doit en effet mettre en place son fonctionnement dès janvier 2013. Pour cela, un éco-organisme a été créé en début d’année. Dominique Mignon, Directrice générale d’Eco-mobilier présente un état des lieux de la situation actuelle du recyclage et du traitement des déchets de l’ameublement.

Transfert de responsabilité

Dominique Mignon (Eco-mobilier) : Près de 2 millions de tonnes de déchets d’éléments d’ameublement sont mises au rebut chaque année. Ils sont aujourd’hui collectés et gérés par les collectivités locales. Les législateurs souhaitent transférer cette responsabilité aux entreprises privées et augmenter la valorisation et le recyclage des déchets. En effet, aujourd’hui seulement 23 % de ces déchets d’ameublement sont recyclés, 22 % sont incinérés et 50 % sont enfouis en décharge. L’objectif est de parvenir, d’ici 2015, à un taux de 45 % de recyclage, et de réduire globalement à 20 % le stockage et l’enfouissement au terme de l’agrément (2017).

Marie-José Nicol (Cuisign Aqua­déco) : Quelles sont concrètement les obligations et les missions fixées par le cadre législatif ?

Dominique Mignon (Eco-mobilier) : Suite au Grenelle de l’environnement, la législation a établi le principe de la responsabilité élargie du producteur (Rep). Donnant lieu à un décret promulgué en janvier 2012, elle oblige les acteurs à collecter, à recycler et à traiter l’ensemble des meubles mis sur le marché. Jusqu’alors, l’élimination de ces déchets était assurée principalement par les services publics. Mais à présent, la loi transfère cette responsabilité aux entreprises qui disposent pour ce faire de deux solutions. Elles peuvent créer individuellement leur propre filière (approuvée par l’État), afin de collecter, traiter et recycler leurs produits. Ou bien, elles peuvent adhérer à un éco-organisme agréé qui prendra en charge l’ensemble des déchets de l’ameublement (sans distinction de marques) pour répondre collectivement à cette obligation légale...